Konstantin Velychko
Ostéopathe à Senlis
Konstantin Velychko
Ostéopathe à Senlis

anatomie

Comprendre le diaphragme

Durant une consultation d’ostéopathie, vous avez déjà surement vu votre ostéopathe poser les mains sur le bas de votre thorax et vous demander d’effectuer quelques cycles respiratoires. Par ce geste nous pouvons analyser la mobilité de votre diaphragme. Mais qu’est ce que le diaphragme ? Vous en avez très certainement entendu parler, mais c’est simplement le muscle qui nous permet de respirer !

Un peu d’anatomie!

Le diaphragme est un grand muscle qui sépare la cavité abdominale (foie, estomac, intestins..) de la cavité thoracique (poumons, cœur). Il est constitué de deux masses de fibres musculaires reliés par un tendon central.

Sur la périphérie, le diaphragme s’insère sur les six dernières cotes en formant une sorte de nappe (ou de parachute). La zone centrale de cette nappe est appelée centre phrénique. Puis le diaphragme ira s’attacher sur les 4 premières lombaires et l’extrémité inférieure du sternum. Par ailleurs, il tapisse le foie à droite, l’estomac à gauche et y sera lié par des ligaments.

Quant à la partie centrale, elle regroupe 3 orifices:

  • Un orifice pour le passage de l’œsophage, qui se jette sous le diaphragme dans l’estomac.
  • Un deuxième orifice pour le passage de l’aorte qui irrigue le corps dans son ensemble.
  • Pour finir, un troisième orifice pour le passage de la veine cave inférieure qui draine le sang veineux en provenance du membre inférieur ainsi que de la cavité abdominale.

Physiologie respiratoire

Maintenant que l’on a bien défini le muscle, nous allons voir son fonctionnement.

Tout d’abord, vous savez que la respiration comporte deux phases, une active et une passive. N’hésitez pas à cliquer sur l’image à gauche pour lancer une vidéo démonstrative.

La phase active se passe en deux temps:

  • Lorsqu’on inspire, la contraction du diaphragme abaisse le centre phrénique. De ce fait, la pression dans la cavité abdominale augmente et diminue dans la cavité thoracique. Par conséquent, un appel d’air est généré permettant le passage de celui-ci dans les poumons. De plus, puisque le diaphragme s’abaisse, on observe une gonflement du ventre car les viscères sont refoulés vers le bas.
  • En deuxième lieu, le diaphragme prend appuie sur les viscères afin de continuer sa contraction, élève les cotes et augmente le diamètre transversal et antéro-postérieur de la cage thoracique.

La phase passive est simplement le relâchement du diaphragme et le retour à la normale des structures mobilisées précédemment.

La respiration diaphragmatique.

Le diaphragme en pratique

Lorsque votre ostéopathe parle d’un dysfonctionnement du diaphragme, cela signifie qu’il est restreint dans sa mobilité. Le but est donc de comprendre pourquoi est-ce arrivé ?

Pour commencer, il est en étroite relation avec le plexus solaire, centre émotionnel et de confiance en soi. Face au stress, le diaphragme se crispe et forme un nœud pouvant être à l’origine d’un inconfort. Cette contraction involontaire peut être ressentie comme une oppression respiratoire ou encore un poids dont on n’arrive pas à se séparer.

De plus, un dysfonctionnement diaphragmatique peut amener des troubles digestifs (oui, vous vous souvenez de sa relation avec le foie, l’estomac, l’œsophage…?).  L’intégrité du diaphragme est importante pour le système digestif car celui-ci permet, via la respiration, de mobiliser la masse viscérale et préserver son bon fonctionnement. Car rappelons le, un organe mobile est un organe qui fonctionne ! Cependant, l’inverse est aussi vrai. Un trouble digestif peut entraîner à son tour un dysfonctionnement du diaphragme. Si votre estomac vous fait mal (reflux, gastrite…) ou que votre foie fonctionne au ralenti, lors de l’abaissement, le diaphragme peut éviter de prendre appui sur l’organe en question. Cela résulte par une asymétrie dans sa course et provoque à long terme une contracture.

Ensuite, de par ses attaches vertébrales, si le diaphragme dysfonctionne, il peut tirer sur celles-ci et entraîner des douleurs lombaires.

Par ailleurs, un autre point qui me semble important d’évoquer, le mauvais fonctionnement du diaphragme peut entraîner des douleurs dans le milieu du dos ou dans les cervicales. Pourquoi? Premièrement parce que le diaphragme est directement innervé par les racines nerveuses provenant de la 3ème, 4ème, et 5ème cervicales. Ensuite, s’il ne fonctionne pas correctement, les muscles accessoires de l’inspiration (ceux qui lui viennent en aide pendant cette phase) vont prendre le relais. Ils se situent entre les côtes et relient la 1ère et la 2ème côte aux cervicales. Ces muscles sont beaucoup moins puissants et drainent beaucoup d’énergie. Leur utilisation intense et prolongée peut donc entraîner des tensions sur les vertèbres dorsales et cervicales.

En conclusion, nous pouvons affirmer donc que le diaphragme est un élément essentiel dans notre corps, tant il a de rôles à jouer. Votre ostéopathe est là pour veiller à son bon fonctionnement.

Je vous conseille vivement de regarder la vidéo de Christophe Carrio sur les différents exercices que vous pouvez faire chez vous. Car oui, un diaphragme ça s’entretient !


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.